Le choix, la décision.

L’invitation à prendre de la hauteur

France, #FLAINE – 2020


L’invitation à prendre de la hauteur pour la prise de décision : « la phase de transition » ; c’est permettre la bonne interprétation nécessaire à la mise en oeuvre du choix.

Comment savoir si la décision que nous prenons est la bonne ? Toute prise de décision est soumise à une responsabilité et un enjeu. Comment réussir à simplifier une situation complexe pour prendre la bonne décision, faire le bon choix sans tomber dans les pièges de la pensée ?

Poser un regard sur soi pour prendre la bonne décision. Comment faire ? Identifier, par exemple, les 3 pièges de la pensée à éviter :

1/ Cadrage serré : le cerveau effectue une simplification automatique de la complexité du quotidien. Penser différemment, apprendre à inhiber ses réponses automatiques, permet de stimuler l’imagination pour multiplier les options et sortir du choix binaire.

2/ Eviter les fausses corrélations dans lesquelles le cerveau souhaite se réfugier. Il faut envisager toutes les options. Le but est de prendre du recul sur ses convictions et intuitions pour permettre de qualifier, envisager l’ensemble des options. Un outil, par exemple : « l’avocat de l’ange », permet d’étudier la solution la moins évidente.

3/ L’excès d’information limite la pensée dans la décision. Il faut donc réussir à prendre de la hauteur sur les données collectées. Il s’agit de réussir à changer de perspectives pour penser la décision en se concentrant sur les priorités essentielles. Un outil pourrait être le 10/10/10 ; projection de la décision dans 10 minutes, 10 mois, 10 ans.

Référence : l’expertise du mentaliste-illusionniste : La décision (Remi Larousse)